AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Le goût de la solitude.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Melinda Weil
Co-Admin
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 22/11/2008 Nombre de messages : 127
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: Grande, assez fine, yeux bruns (reflets rouges), cheveux longs, rouges, peau claire
Adjectifs du Caractère: Lunatique, Renfermée, Indépendante

MessageSujet: Le goût de la solitude.   Dim 30 Nov - 17:46

    Cela faisait une bonne heure à présent qu Mélinda marchait d'un pas lent et mal assuré dans les rues les plus désertes. Elle prenait grand soin d'éviter toute présence humaine. La race humaine était inutile, pensait-elle, et ne pensait qu'à son propre intérêt, sans penser au malheur qu'elle pourrait causer à ses semblables. Cela faisait maintenant trois ans qu'elle n'avait pas eu de vraie conversation avec quelqu'un. Bien que sa solitude commencait à lui peser, elle n'avait pas l'intention d'y remédier. Au fil des rues qu'elle traversait, son allure rallentissait, etses forces la quittaient. Mais Mélinda n'en tint pas compte, et sortit de son sac une de ces pilules qu'elle avala rapidement, avant de continuer sa route.
    Elle marchait sans but précis. Des fines goutelettes de pluie tombaient sans bruit sur sa chevelure d'un rouge sombre. Elle prenait un réel plaisir à se promener en ville en pleine nuit, seule. Encore plus si le temps s'agrémentait d'une pluie comme celle qui tombait ce jour-là, fine et fraîche, rendant l'atmosphère un peu moins lourde. Apercevant une silhouette au loin, elle bifurqua à droite après une petite boutique, puis continua son chemin. Elle ne cherchait même pas à savoir si la personne qu'elle avait vue était de sexe masculin ou féminin, elle s'en fichait, pourvu qu'elle ait la paix. Elle accéléra un peu le pas, afin de prendre de la distance par rapport à cette présence qu'elle voulait à tout prix éviter. Seulement, elle sur-estima ses propres capacités physiques et, sans s'en rendre vraiment compte, elle s'écroula sur le sol. Ses genoux converts seulement d'une paire de collants noirs s'éraflèrent au contact du bitume ruisselant. Elle se servit de ses mains comme appui et tenta de se relever, en vain. Elle s'assit alors contre la facade d'un grand bâtiment en espérant reprendre des forces au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik Holz
Fondatrice
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 08/11/2008 Nombre de messages : 158
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: grand, maigre, peau de nacre, yeux et cheveux noirs.
Adjectifs du Caractère: Discret, casse-cou, libre, cynique, téméraire, éteint.

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Dim 30 Nov - 18:39

22.11.2075 ; 1:46
Une rue sans nom

    Ouh. Sa tête pulsait douloureusement pendant qu'il tentait d'ouvrir les yeux. Ses paupières étaient si lourdes, qu'il n'y parvenait pas. Un sourd gémissement monta dans sa gorge. Et brusquement il ouvrit les yeux. Arf, pitoyable. Même avec une pilule nonight dans le bide, il parvenait à déambuler sur le fil du rasoir. Pour la quatrième ou cinquième fois, il avait faillit s'endormir. Mais heureusement, la peur était une bonne chose pour le tenir éveillé. Erik cligna des yeux plusieurs fois avant de se redresser. Regardant à gauche puis à droite, il tenta de se situer à peu près. Il ne gardait pas beaucoup de souvenir de la soirée. Seul le goût âcre dans sa bouche et son maux de tête lui donnait un aperçut de ce qu'il avait fait. Putain, j'ai bu comme un trou et puis j'ai vomis mes entrailles... charmant !. Son cynisme le fit grimacer lui même. Il appuya ses longs doigts maigres contre ses tempes. Il savait que s'il tentait de se redresser, le monde tanguerait tellement qu'il ne tarderait pas à de nouveau se retrouver le cul dans une flaque d'eau. Il se mit tout d'abord à quatre pattes mais au moment où il allait débuter son chemin, un haut-le-cœur l'arrêta. Ho non !. Et il vomit. Son ventre se souleva et l'acide brûla sa gorge. Dégueulasse, il en convenait. Une fois cette crise passée, il s'appuya dos au mur pour reprendre son souffle...


22.11.2075 ; 2:30
Une rue sans nom bis

    Il avait enfin réussit à se lever sans être pris de nausée. C'est une grande victoire ironisa-t-il. Il s'appuyait contre les murs humides du quartier. Alors qu'il continuait péniblement d'avancer, il trébucha sur quelque chose et s'écroula comme une masse par terre. Il resta sans bouger quelques secondes, tentant de ravaler des larmes de désespoir. Peine perdue. Il pleurait sans bruit, recroquevillé dans la rue, comme un clochard. Il se fichait de qui pouvait bien le voir ainsi. Il en avait assez... Peu à peu ses pleurs se tarirent, et il trouva la force de se lever à nouveau et de regarder sur quoi il avait trébuché. Ses yeux s'écarquillèrent et ses joues pâles prirent une teinte rouge brique. Il avait trébuché sur une personne !! Honte suprême !
    Le visage figé dans une expression de pure honte, il n'émit pas un bruit, fixant seulement l'inconnue.


Dernière édition par Erik Holz le Ven 5 Déc - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda Weil
Co-Admin
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 22/11/2008 Nombre de messages : 127
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: Grande, assez fine, yeux bruns (reflets rouges), cheveux longs, rouges, peau claire
Adjectifs du Caractère: Lunatique, Renfermée, Indépendante

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Sam 6 Déc - 1:53

      Mélinda était vraiment à bout de force. Elle respirait de manière saccadée, tandis que des perles ruisselaient sur son front. Elle faisait d'immenses efforts pour tenir assise et droite, mais sa tête tournait et sa vue se brouillait. Elle se sentait vraiment pitoyable et impuissante. A ce moment-même, croyant qu'elle ne s'en sortirait jamais, elle espérait se retrouver face à quelqu'un qui puisse l'aider. Cette pensée l'effraya. Croire que quiconque sur cette planète puisse être capable de l'aider, faisant ainsi abstraction de tout sentiment d'égoïsme qui résidait en lui, croire cela lui paraissait invraisemblable, impossible. Non, décidémment, Mélinda allait devoir se débrouiller seule. Ce n'était pas la première fois que ça lui arrivait, et elle s'en était toujours sortie. Seulement aujourd'hui les symptomes semblaients plus graves. Ignorant les signaux d'alarmes que lui envoyaient son cerveau, elle cala ses mains au sol et entreprit de se lever, s'aidant du mur glacial contre lequel elle était appuyée. Mais après quelques secondes d'effort, n'ayant pu se relever que d'une dizaine de centimètres, la rue autour d'elle sembla disparaître dans un nuage de fumée, et la jeune fille tomba au sol, inconsiente.

      Ce fut un bruit étrange qui lui fit reprendre ses esprits. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, Mélinda était toujours au même endroit, avachie sur le bitume froid d'une des rues de la ville. L'obscurité était quasi complète, si bien qu'elle eut de la peine à se souvenir de l'endroit où elle était, et pourquoi elle s'y trouvait. Un marteau s'amusait à donner des coups contre son front, ou bien n'en était-ce pas un? Un nouveau bruit attira son intention. Visiblement, elle n'était pas seule, mais son cerveau était trop engourdi pour analyser le son ainsi que sa provenance. Son regard balaya la gauche, puis la droite, mais elle n'aperçut rien qui ressemblât à une forme de vie. Soudain elle sentit une présence à côté d'elle. Quelque chose lui tomba dessus, elle poussa un petit cri, tenta de s'écarter. Mais son corps ne semblait capable d'esquisser aucun mouvement, si bien qu'elle resta plantée là, le coeur battant dans sa poitrine. Elle tentait de comprendre, mais ses yeux ne lui envoyaient aucune autre image qu'une masse indistincte dans un environnement très brumeux. De simples gémissements arrivèrent à ses oreilles, redoublant l'effet de son mal de tête atroce. Elle ne savait plus vraiment ce qui lui arrivait. De simples pilules NoNight ne pouvaient avoir un effet aussi destructeur sur son organisme, alors pourquoi était-elle dans cet état?
      Dans un éclair de lucidité, Mélinda fit le rapprochement. Cette chose qui lui était tombée dessus, et qui produisait ces gémissements pitoyables, c'était un homme. Et celui-çi semblait tout aussi mal en point qu'elle. Paniquée et exténuée, elle ne sut quoi faire et resta figée sur place, incapable de faire quoi que ce soit.

      [Moé bon. J'fais pas trop avancer l'action j'sais. Mais j'ai plus trop le temps de faire un long roman =P]


Dernière édition par Melinda Weil le Sam 6 Déc - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik Holz
Fondatrice
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 08/11/2008 Nombre de messages : 158
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: grand, maigre, peau de nacre, yeux et cheveux noirs.
Adjectifs du Caractère: Discret, casse-cou, libre, cynique, téméraire, éteint.

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Sam 6 Déc - 15:34

2h32
Au pied du mur

    Erik retenait son souffle. Ses jambes flageolantes allaient bientôt le trahir. Pour éviter une seconde scène embarrassante, il s'appuya contre le mur et se laissa glisser à son pied. Ses yeux couleurs pétrole se fichèrent dans ceux chocolat de son vis-à-vis. Son cerveau fatigué repassait en boucle les derniers évènements. Quelque chose clochait, mais il était incapable de mettre le doigt dessus. Il détourna le regard, gêné et surtout ses yeux se remplissaient de nouveau de larmes, et il refusait que la femme les vit. Il inspira des grandes bouffées d'air deux à trois fois, serra les paupières puis retourna son attention à son vis-à-vis.
    - Euh...
    Il se donna une gifle mentalement, non mais quel imbécile ! Même pas capable d'aligner deux mots. En même temps cela faisait longtemps qu'il n'avait pas entamée de conversation... sans avoir quatre à cinq verres d'alcool dans l'estomac. Ses pensées s'éparpillaient. Il tenta tant bien que mal de les rassembler, et fronça les sourcils, cherchant quelques choses de pas trop pitoyable à dire. Pendant qu'il cherchait à peu près activement, ses doigts de la main droite vinrent pincer le creux de son coude gauche. Un petit dragon y était lové. Un style d'ancienne estampe japonaise. Il mordillait sa lèvre inférieure et il évitait à tout prix les yeux chocolat de la jeune femme.
    - Hem,... je m'appelle... euh... Erik... et euh... vous ?
    Son teint pâle prit à nouveau une teinte rouge, peu seyante. La pluie continuait de tomber. Et Erik leva les yeux vers le ciel. C'était uniquement lorsqu'il faisait noir que la bulle protectrice du quartier Lunard s'ouvrait. Voilà pourquoi il pleuvait. Il reporta son regard vers la femme. Cet intermède n'avait pas duré plus d'une demi-seconde.



[ c'est nul, archi-nul je suis désolée silent ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda Weil
Co-Admin
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 22/11/2008 Nombre de messages : 127
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: Grande, assez fine, yeux bruns (reflets rouges), cheveux longs, rouges, peau claire
Adjectifs du Caractère: Lunatique, Renfermée, Indépendante

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Sam 6 Déc - 19:52

      Le regard de la jeune femme croisa pendant une fraction de seconde celui de l'inconnu qui se trouvait face à elle, dont les yeux étaient d'un noir charbonneux et envoutant. Du moins, c'est ce qu'elle avait cru voir, à travers les images indistinctes que lui envoyait son cerveau juste avant qu'il détourne la tête. Malgré son mal de tête, Mélinda ne put s'empêcher de remarquer que le jeune homme, lui aussi, semblait plutôt mal en point. Sa peau très claire reflétait la lumière de la lune, lui donnant l'air d'un fantôme. De plus, ses mouvements étaient lents et mal assurés. Mais celà ne suffisait pas à Mélinda pour qu'elle éprouve une once de pitié ou de sympathie pour lui. Elle le regardait, incrédule, et fut surprise lorsqu'elle entendit sa voix. Sa façon de parler, ces balbutiements, la répugnaient. Comment se permettait-il de lui adresser la parole? Il ne la connaissait pas et venait de s'étaler à plas ventre sur elle, dans un état plus que second. Décidemment, les humains, dont elle avait l'impression de ne pas faire partie, étaient vraiment inutiles. C'est sur un ton détaché, presque méprisant qu'elle répondit à son interlocuteur.
      - J'vois pas en quoi ça te regarde.
      Puis elle entreprit de se lever. Elle cala ses mains au sol et, s'aidant encore une fois du mur qui se trouvait à côté d'elle, elle tenta de se lever. Le bilan fut inespéré. Après d'immenses efforts elle parvint à se lever et se tenir debout sur ses deux jambes, toujours soutenue par le bloc de béton. Mais elle fut soudain prise d'un nouveau vertige et tomba par terre, une fois de plus, à quelques centimètres seulement de l'endroit où elle était auparavant. D'un geste lent elle passa une main dans sa chevelure rouge, tandis que des gouttes de sueur perlaient sur son front.
      *Je n'irai pas plus loin, ce soir*, se dit-elle. Sa fierté en avait pris un coup, tandis que l'inconnu avait toujours les yeux fixés sur elle, malgré la pénombre.

      [Meuh nan t'inquiète. J'suis pas douée non plus, dans mon genre =P]


Dernière édition par Melinda Weil le Sam 6 Déc - 22:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik Holz
Fondatrice
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 08/11/2008 Nombre de messages : 158
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: grand, maigre, peau de nacre, yeux et cheveux noirs.
Adjectifs du Caractère: Discret, casse-cou, libre, cynique, téméraire, éteint.

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Sam 6 Déc - 20:43

2:36
Au pied du mur

    Lorsque Erik croisa à nouveau le regard de la jeune femme, le mépris et le dégoût qu'il y lu le fit frissonner. Il détourna les yeux, pour fixer le sol à ses pieds. Ses doigts pincèrent plus furieusement le dragon de son coude. Ses ongles s'enfoncèrent dans sa peau faisant perler une petite goutte de sang. Cette douleur un peu aiguë lui fit réaliser ce qu'il était en train de faire. Il lâcha brutalement son bras et reprit ses esprit. Non mais ! Cette femme n'avait certainement pas à lui parler comme ça, ni même à le considérer de cette façon. Erik leva les yeux vers elle. La femme venait de se lever. Haussant un sourcil il observa son parcours... même pas une seconde... avant qu'elle ne retombe à terre. Un sourire narquois sur les lèvres, Erik se leva à son tour, s'appuyant plus légèrement sur le mur. Le froid qui s'en dégageait l'aida à y voir un peu plus clair. Il considéra la jeune femme à terre, pendant quelques secondes il hésita. L'aidait-il ? Ou la laissait-il se débrouiller toute seule ? Une petite voix dans sa tête l'incita à la laisser pourrir sur place au vu de ce qu'elle avait osé faire... Mais comme d'habitude, Erik fit l'exacte contraire. Il s'approcha à petit pas de la jeune femme et lui tendit la main.
    - Je pense pouvoir vous aider... si vous le souhaitez...
    Sa voix avait encore quelques accents hésitants, mais il ne balbutiait plus comme un gamin maintenant. Il fixa les yeux chocolat de celle qui lui avait donné tant de mépris, et esquissa un sourire. Erik n'était pas quelqu'un de rancunier. Si quelqu'un lui faisait un coup bas, il ne disait rien, mais prenait ses précautions pour que cela ne lui arrive plus. Sans succès cependant car il essuyait très souvent des déceptions de ce genre. Mais encore jamais il n'avait insufflé du dégoût à ceux qu'il rencontrait. Et il en était déstabilisé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda Weil
Co-Admin
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 22/11/2008 Nombre de messages : 127
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: Grande, assez fine, yeux bruns (reflets rouges), cheveux longs, rouges, peau claire
Adjectifs du Caractère: Lunatique, Renfermée, Indépendante

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Sam 6 Déc - 21:59

      A bout de forces, Mélinda oublia toute envie de bouger ne serait-ce que d'un centimètre. Tandis qu'elle devinait, à travers la pénombre, la silhouette fine du jeune inconnu qui, visiblement, était en train de se lever, son coeur se serra. Elle le suivit des yeux, pensant qu'il allait partir, tout simplement. A sa place, c'est ce que Mélinda aurait fait. Malgré tous ses efforts, elle restait un être humain, froid et égoïste comme tous les autres. Alors qu'il lui tournait le dos, elle s'adossa contre le mur et posa sur sa tête sa main fraîche, qui à son grand bonheur calmait un peu sa douleur. Elle ferma les yeux un instant, ses longs cheveux rouges cachant son visage, attendant de ne plus entendre aucun bruit. Mais à son grand étonnement, le jeune homme ne s'en alla pas, et sa voix la fit presque sursauter. Elle releva la tête lentement, écartant quelques mèches et plongea son regard dans le sien. En aperçevant pour la seconde fois ce regard ténébreux, elle se dit qu'elle allait devoir faire un effort. Elle devrait laisser ses préjugés de côté, sans quoi elle ne sortirait jamais de cette ruelle sombre et humide. Toute la race humaine n'étais pas comme elle le pensait, il existait des exceptions. Elle en avait connu, une de ces exceptions. Et tout au fond d'elle, elle espérait que celui qui se trouvait face à elle en ce moment en faisait aussi partie. C'est en se basant sur cette once d'espoir qu'elle esquissa un sourire crispé, tout en prenant la main qu'il lui tendait. Alors qu'un sentiment de soulagement l'envahissait peu à peu, elle prit sur elle, tentant de mettre de côté sa fierté qui, de toute manière, n'était plus tout à fait intacte.
      - Merci...
      Elle avait prononcé ce mot du bout des lèvres, comme un murmure, mais cela constituait un réel effort de sa part. Bien que pas rassurée du tout, puisqu'elle ne connaissait pas son interlocuteur et que quelqu'un qui venait de vomir ses tripes et trébucher sur elle ne lui inspirait pas vraiment confiance, elle décida de ne pas en tenir compte et de rassembler ses forces.
      Désormais mieux soutenue que par une vulgaire paroi bétonnée, elle parvint, non sans peine, à se relever, jusqu'à se trouver debout sur ses deux jambes. Elle pensait aller mieux, mais une fois de plus le monde sembla tourner autour d'elle et ses forces l'abandonnerent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik Holz
Fondatrice
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 08/11/2008 Nombre de messages : 158
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: grand, maigre, peau de nacre, yeux et cheveux noirs.
Adjectifs du Caractère: Discret, casse-cou, libre, cynique, téméraire, éteint.

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Sam 6 Déc - 22:59

2:38
Dans la ruelle inconnue

    Erik s'attendait plus ou moins à ce que la jeune femme refuse son aide. Aussi, fut-il très surpris de sa réponse. Ses yeux écarquillés fut la seule manifestation de cette surprise et il cligna des yeux bien vite et son sourire se fit plus large. Lorsque la main de la jeune femme se plaça dans la sienne, il la referma et l'aida à se relever. Une fois la femme debout, il relâcha un peu son étreinte. Son regard fureta un peu partout, tentant de se repérer pour aller dans une rue plus fréquentée, ou encore dans son petit appartement. Il sentit soudain la main de la jeune femme glisser de la sienne. Il se retourna juste à temps pour la cueillir dans ses bras alors qu'elle glissa au sol. Au grand étonnement du jeune homme, il parvint à la porter sans fournir d'effort incroyable. Non pas qu'il considérait la jeune femme grosse, mais il était plutôt bâti comme une crevette que comme un bodybuilder. Il glissa un bras sous les genoux de la jeune femme et l'autre sous son dos, passant le bras de la femme autour de son cou. Il vacilla quelques secondes avant de se remettre d'aplomb et de se mettre à marcher. La tête de la jeune femme ballotait contre sa poitrine. Il la secoua sans brusquerie en disant
    - Hého ! Ne t'endors pas ! Tu m'entends ? Ho ! T'endors surtout pas !
    Sa voix tremblait tant il craignait que ces yeux chocolat ne se ferment pour toujours. Il marcha plus vite, pressé de retrouver une rue plus animée afin de demander de l'aide. Ce faisant, il continua à parler d'une voix tendue.
    - Allez ! Reste réveillée ! Tu n'as pas pris de pilule ? Depuis combien de temps tu n'a pas dormis ?
    Soudain il déboucha dans une rue éclairée par des lampadaires. Un soupire de soulagement s'échappa de sa bouche. Retrouvant un peu d'entrain, il adressa un sourire à la jeune femme qu'il tenait entre ses bras. Il était passé au tutoiement sans le remarquer. Il observa alors à gauche et à droite, et soupira. Il reconnaissait la rue, ce n'était pas très loin de son appartement où attendait une pilule. Mais avant de se remettre à marcher il baissa la tête vers la jeune femme entre ses bras.
    - J'habite tout près d'ici. J'ai chez moi une pilule Nonight... Peut-être que ça te serait utile. Tu es d'accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda Weil
Co-Admin
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 22/11/2008 Nombre de messages : 127
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: Grande, assez fine, yeux bruns (reflets rouges), cheveux longs, rouges, peau claire
Adjectifs du Caractère: Lunatique, Renfermée, Indépendante

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Sam 6 Déc - 23:57

      Alors qu'elle sombrait dans une semi-inconscience, Mélinda sentit le sol s'effondrer sous ses pieds. Fort heureusement, le jeune homme était là pour la rattraper. Sans vraiment savoir ce qui lui arrivait, elle se retrouva dans ses bras, la tête calée contre son torse. Bien que chaque partie de son corps la fit souffrir, elle se sentit comme apaisée, sachant que désormais elle pourrait compter sur lui, sur Erik. Ses pensées s'emballaient peut-être un peu trop vite, mais la fatigue faisait s'envoler son esprit, si bien qu'elle ne le contrôlait plus.Elle était exténuée, et le rythme de marche du jeune homme avaient l'effet d'une berceuse. Déjà à moitié inconsciente, Mélinda ferma les yeux un instant, juste un instant, pour se reposer. Mais une voix la fit reprendre ses esprits. Elle avait oublié le danger. Dès cet instant, elle fit son possible pour ne pas s'endormir. Mais elle n'était pas sur de pouvoir gagner cette lutte biologique contre son corps entier qui ne demandait qu'à se reposer.
      Elle sentait le rythme de croisière s'accélerer, et s'en voulait de causer autant de tort à un homme qu'elle ne connaissait pas. Elle entendait les questions qu'Erik lui posait, mais ne parvenait pas à les comprendre, tellement son cerveau était engourdi. Elle essayait de toute ses forces de garder les yeux ouverts, mais jamais ça n'eut été aussi difficile. Une lumière l'aveugla, puis elle croisa encore une fois ce même regard sombre. Mélinda sentit une odeur d'alcool tandis qu'il s'adressait à elle. Elle réussit à comprendre ses propos à moitié, mais acquiesca d'un signe de tête, sans trop savoir pourquoi. Elle espérait que ce qui était en train d'arriver n'était qu'un mauvais cauchemard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jegan Natzuko

avatar

Féminin
Age : Date d'inscription : 07/12/2008 Nombre de messages : 26
Fiche Récapitulative
Age: 23 ans
Adjectifs du Physique: yeux or pâle, cheveux violet, peau très pâle
Adjectifs du Caractère: Calme renfermé souriant mystérieux

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Dim 7 Déc - 13:38

Une bouteille roula, effondré sur le sol, Jegan se réveilla, le contact dur du plancher de sa chambre lui fit retrouver la réalité, ses yeux se tournèrent lentement vers le réveil : 19heures45. Juste à temps, foutue pilule il avait du oublié de la prendre, à vrai dire il ne savait affirmer ce qu'il avait fait depuis la veille, ses pensées étaient troubles. Il se leva, oscilla un peu, et se dirigea vers la salle de bain. Il se passa un peu d'eau fraiche sur la figure, puis alla carrément sous la douche en voyant qu'il était couvert de vomi. Cela lui fit du bien. Il en sortit un quart d'heure plus tard, en secouant ses cheveux violets, il prit une des mèches et se pinça les lèvres, il faudrait qu'il songe à racheter un flacon de teinture. Il attrappa la plaquette de pilule NN sur la table de chevet et eut un violent haut-le-coeur, il ne lui en restait plus qu'une, il l'avala sans sommations et se massa le crâne, il enfila rapidement un jean propre, une chemise et uen veste, enfila ses chaussures, prit son porte-feuille sur la table et sortit en claquant la porte. Il arriva à un super-marché 30 minutes plus tard et alla de son pas un peu tremblant jusqu'au rayonnage où se trouvait les pilules salvatrices. Il manqua de s'écrouler sous la violence d'un maux de tête, se reprit, il saisit 3 paquets de 5 pilule et les serrant contre lui, comme un enfant serre sa peluche contre lui. Il n'eut pas à attendre longtemps à la caisse, il tendit à la caissière les 3 paquets tremblant comme quelqu'un qui commet un vol. Il posa sur le comptoir quelques billets froissés e adressant un sourire à la caissière et sortit ses toris paquets en poche. La pluie l'assaillit, il grimaça et saisit fébrilement un des paquets, il n'avait presque plus un rond mais ça en valait la peine, il contempla quelques instants la pilule orangée à laquelle il devait la vie et l'avala. Il rentra à son appartement et passa le temps à boire du whisky et à regarder la télé.
Vers 1heure et demie du matin il en eut assez et décida de sortir prendre l'air.

Cela devait faire 1heure que Jegan errait ainsi, sans but précis, mi-marchant mi-titubant, trempé de pluie, il entendit alors du bruit venant d'une rue éclairée de lampadaires, s'appuyant la main contre un mur, Jegan marcha jusqu'à la rue en question et vit un curieux spectacle: un jeune homem qui devait avoir le même âge que lui traînait une jeune femme qui menaçait de s'endormir. Il entendit la dernière phrase du jeune homme te vit la jeune femme acquiescer. Il allait la porter ainsi jusqu'à chez lui, ils allaient finir par s'écrouler tous les deux, sa main se crispa sur sa cuisse, il demeura immobile pendant quelque secondes, puis sortit de l'ombre. Il se dirigea droit vers les deux autres. Il hésita puis osrtit de sa poche sa plaquette à peine entamée de pilule NN. Il en déclipsa une et sans un mot la tendit au jeune homme. Un sourire étalé sur le visage comme toujours.

(J'espère que ça vous embête pas que je squatte^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik Holz
Fondatrice
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 08/11/2008 Nombre de messages : 158
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: grand, maigre, peau de nacre, yeux et cheveux noirs.
Adjectifs du Caractère: Discret, casse-cou, libre, cynique, téméraire, éteint.

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Dim 7 Déc - 19:31

2:40
Rue éclairée

    Erik était soulagé de voir la jeune femme lutter de son mieux pour garder les yeux ouvert. Son rythme cardiaque se calma quelque peu. Malheureusement, il sentait ses jambes faiblirent. Il ne tiendrait pas longtemps avec la jeune femme dans les bras. Il s'approcha en titubant d'un mur, et s'y cala pour raffermir sa prise sur cette compagne d'infortune. Celle-ci ne bougeait pas, comme si elle était faite de chiffon. La gorge serré, Erik ne remarqua pas tout de suite la personne qui tendait la pilule. Secouant la tête pour dégager ses yeux, Erik l’observa. L’inconnu souriait. Dans sa main la pilule si reconnaissable. Tâche orange dans cette main diaphane. Les yeux d’Erik voyageaient entre la pilule et le sourire de l’inconnu. Il relâcha doucement la jeune femme et la cala entre le mur et lui. Sans cesser de fixer l’inconnu, sa main se tendit, rapide, et saisit avec ses longs doigts maigre la pilule. Erik esquissa un demi-sourire, avant de reporter son attention vers la jeune femme. Se mordillant la lèvre, il tourna le visage pâle vers lui. Les yeux chocolat étaient à demi-fermés, et la pluie ruisselait sur son visage. Erik prit la pilule du bout des doigts avant de la glisser entre les lèvres de la jeune femme, priant pour que ça marche. La soutenant toujours, il se tourna vers celui qui lui avait donné la pilule.
    - Je…
    Incapable de trouver quelque chose à dire, Erik se tut… Il baissa les yeux vers le sol détrempé, puis releva à nouveau la tête et repris d’une voix hésitante.
    - Euh... Comment pourrait-on… vous remercier… ?
    Ses jambes flageolèrent. Ce n’était pas par manque de pilule, cela ne faisait que 6 heures qu’il avait pris la première, mais le contrecoup de la vingtaine de whisky presque pur qu’il avait ingurgité il n’y avait même pas 3 heures. Sa tête tourna, et sa vision se fit trouble. Il secoua la tête, et s’appuya un peu plus sur le mur - et par la même occasion sur la jeune femme.


[N'oublie pas d'activer et de remplir ta feuille de personnage Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda Weil
Co-Admin
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 22/11/2008 Nombre de messages : 127
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: Grande, assez fine, yeux bruns (reflets rouges), cheveux longs, rouges, peau claire
Adjectifs du Caractère: Lunatique, Renfermée, Indépendante

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Dim 7 Déc - 20:21

      Mélinda sentait un rideau glacé s'abattre sur son visage, complètement trempé. La pluie tombait très fort, à présent, mais la chaleur du corps du jeune homme l'aidait à maintenir sa température. Elle espérait qu'ils arriveraient bientôt à destination, ne sachant pas combien de temps elle parviendrait encore à tenir éveillée. Seulement, lorsqu'elle sentit qu'Erik s'était arrêté, elle commenca à paniquer. Celui-ci n'avait pas l'air très costaud et elle craignait qu'il ne puisse pas supporter son poids plus longtemps. Elle se sentit glisser de ses bras et toucha le sol de ses pieds. Incapable de tenir debout, elle se cala du mieux qu'elle put contre le mur, tenant fermement le bras de son porteur, dont elle entendit la voix s'élever au dessus du tumulte de la pluie. Mais ce n'était pas à elle qu'il s'adressait. Visiblement, quelqu'un d'autre avait du apparaître au bout de la rue, mais Mélinda était incapable de savoir si c'était vraiment le cas. Tout ce qu'elle sentit, c'est quelque chose qu'on introduisait dans sa bouche, qu'elle reconnut aussitôt. Consciente qu'elle devait de toute évidence l'avaler, elle fournit un énorme effort et parvient à faire glisser la petite pilule dans sa gorge. Elle espérait que l'effet serait instantané, mais c'était trop demander. Elle serait encore dépendante du jeune homme pour quelques minutes encore. Pourtant, elle se sentait en sécurité. Enfin, elle le croyait, jusqu'à ce qu'elle sente une forte pression. Elle crut qu'ils allait s'écrouler tous les deux mais, fort heureusement, il réussit à se rattraper, la soutenant toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jegan Natzuko

avatar

Féminin
Age : Date d'inscription : 07/12/2008 Nombre de messages : 26
Fiche Récapitulative
Age: 23 ans
Adjectifs du Physique: yeux or pâle, cheveux violet, peau très pâle
Adjectifs du Caractère: Calme renfermé souriant mystérieux

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Dim 7 Déc - 21:12

(Fait^^)


Jegan sentit les doigts effleurer sa main, le contact humain lui fit la même sensation de chaleur qu’une gorgée de whisky. Il regarda en souriant la jeune femme avaler la pilule orangée. Il réalisa que le jeune homme lui parlait, il tourna son regard or pâle légèrement vidé par l’alcool vers lui et son sourire parut s’élargir un peu plus. En lui ses entrailles se serrèrent, non pas sous la pression acerbe de l’alcool mais sous la peur, la peur de voir une personne s’éteindre comme s’était éteint son frère.
« Ce… C’était normal. Je… Je ne pouvais laisser quelqu’un ainsi alors que je pouvais lui venir en aide… »
Et en sauvant ainsi quelqu’un il se sauvait lui-même, c’était du moins ce qu’il ressentait au plus profond de lui. Il hésita puis tendit lentement sa main :
« Je m’appelle Jegan et toi euh vous ? »
Il porta une main à son crâne sentant un nouveau mal de tête cogner contre son front. Son visage se crispa puis se calma, il saisit de nouveau la plaquette de pilule NN et en avala une nouvelle, inutile il le savait mais il ne pouvait s’en empêcher, c’était peut-être pour cette raison qu’il était dans cet état, de n’avoir jamais pu se contrôler. Il remarqua alors à quel point le duo face à lui oscillait dangereusement ils tenaient à peu près debout mais ça n’allait pas durer Jegan le sentait, aussi s’avança-t-il et passa lentement, précautionneusement, un bras autour de la taille de la jeune femme afin d’en soulager en partie Erik. De son autre main il écarta les cheveux trempés de pluie qui masquaient la figure de la fille et laissa son regard s’attarder sur les yeux chocolat, envoûtant, non jamais il n’aurait pu laisser un tel regard s’éteindre, il avait déjà vu trop de regard s’éteindre, surtout un à quelques centimètres à peine de lui, à cette pensée le jeune homme se crispa. Il ferma les yeux quelques instants, respira profondément, projetant quelque vapeurs de froid de sa bouche, il s’en rendait tout juste compte qu’il était gelé, tellement il était trempé. Néanmoins il continua de sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik Holz
Fondatrice
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 08/11/2008 Nombre de messages : 158
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: grand, maigre, peau de nacre, yeux et cheveux noirs.
Adjectifs du Caractère: Discret, casse-cou, libre, cynique, téméraire, éteint.

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Dim 7 Déc - 21:38

2:42
Sous une pluie torrentielle.

    Erik était déstabilisé par les yeux du drogué. Ils étaient d'une couleur peu commune. Le jeune homme évitait autant que possible de les fixer. Il se rattrapa aussi vite qu'il put, pour éviter d'écraser la jeune femme. Mais sa situation n'était toujours pas très stable, aussi, il s'appuya à son tour contre le mur. Il acquiesça à la réponse du drogué. Il aurait fait pareil, et en même temps il était soulagé. S'il avait du rendre la pilule, il aurait été dans une mauvaise posture. Il n'avait plus un sous. Il revint à la réalité lorsque Jegan - l'homme à la pilule - lui demanda son nom. Il battit des yeux quelques secondes, le temps pour que la question parvienne à son cerveau, et répondit.
    - Moi, c'est Erik...
    Il tourna la tête vers la jeune femme et continua
    - Elle c'est... c'est... Je ne sais pas...
    Il secoua la tête avant de rire. Un rire incongru dans cette situation c'est vrai. Mais ses nerfs lâchaient. D'abord ces accès de vertige, puis la pluie qui lui brouillait la vue et le faisait frissonner, et enfin une conversation vraiment étrange entre trois personnes qui ne se connaissaient ni d'Ève ni d'Adam. Son rire n'avait cependant rien de joyeux. C'était un rire triste et lasse. Le rire d'un homme qui n'en pouvais plus. Erik secoua la tête, des gouttelettes d'eau voltigèrent autour de lui et des mèches se collèrent contre ses lèvres. Son rire cessa et ses yeux charbonneux se fixèrent sur Jegan. Ce drogué était vraiment étrange, il gardait toujours son sourire. Un peu choqué, Erik le vit prendre une deuxième pilule... Il en fut interloqué et surtout envieux. Lui ne pouvait pas se permettre d'en avaler deux à la suite... Il n'avait pas assez d'argent pour ça. Il considéra alors le groupe hétéroclite qu'ils formaient. Des chats noyés par cette pluie. Il se rappela alors son appartement.
    - Euh... On pourrait aller dans mon appartement, je n'habite pas très loin... et euh... on pourrait se sécher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda Weil
Co-Admin
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 22/11/2008 Nombre de messages : 127
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: Grande, assez fine, yeux bruns (reflets rouges), cheveux longs, rouges, peau claire
Adjectifs du Caractère: Lunatique, Renfermée, Indépendante

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Dim 7 Déc - 21:57

      Sous l'emprise de la fatigue, Mélinda avait oublié son état initial. Mais alors que la pilule NoNight commençait à faire lentement effet, tous les signaux d'alerte de son corps se remirent en marche. Sa tête la faisait à nouveau souffrir et ses vertiges reprirent. Mais elle n'en tint pas compte, mettant ça sur le compte du manque de sommeil, continuant d'essayer de rester éveillée. Bien que très faible, elle parvenait encore à comprendre la conversation des deux hommes. Elle aurait voulu répondre, elle-aussi, mais aucun son ne voulait sortir de sa bouche. A moitié consciente, elle se sentit passer d'une personne à l'autre, sentant un meilleur soutient sous sa taille. Un nouvelle odeur, toujours de l'alcool, mais différent, pénétra ses narines tandis qu'elle croisait un regard nouveau.Celui-çi était à l'opposé de celui d'Erik, très clair, presque transparent.
      Alors qu'elle entendait à nouveau la voix d'Erik, elle prit conscience qu'elle avait froid. La chaleur de son corps n'était plus là pour la réchauffer, et la pluie n'avait pas cessé de tomber. Au contraire, elle tombait toujours plus fort, toujours plus froide. Complètement éouisée, Mélinda ne pensait qu'à une chose, ne pas s'endormir. Elle savait qu'elle risquait sa vie en fermant les yeux ne serait-ce que quelques secondes. Heureusement son état de semi-inconscience lui permettait de rester éveillée. Le trio allait s'en aller, dans l'appartement d'Erik, si elle avait bien compris. Là-bas elle pourrait se reposer un instant, le temps que la pilule NN soit complètement active. Elle n'osait penser à la honte qu'elle éprouverait lorsqu'elle reprendrait conscience, face à ces deux hommes qui avaient tant fait pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jegan Natzuko

avatar

Féminin
Age : Date d'inscription : 07/12/2008 Nombre de messages : 26
Fiche Récapitulative
Age: 23 ans
Adjectifs du Physique: yeux or pâle, cheveux violet, peau très pâle
Adjectifs du Caractère: Calme renfermé souriant mystérieux

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Dim 7 Déc - 22:53

Jegan observa Erik, il avait un regard très sombre, des cheveux noirs comme la nuit, il ne devait pas être aussi drogué de la pilule que lui. Mais il avait l'air dans un état physique aussi piteux que le sien, il avait du boire autant que lui, personen n'y échappait, tous passaient leur nuit à boire, c'était la suele chose à faire pendant lan uit, pour se réchauffer un peu, et essayer d'évacuer els problèmes. Il écarta ses mèches violettes de son visage et répondit en claquant des dents:
"Je... Je veux bien, ça lui fera du bien."
En disant ces mots il redressa légèrement la jeune femme sans nom, à vrai dire il ne se sentait pas la force de la porter dans ses bras aussi il passa un bras sous l'épaule de la jeune femme et garda l'autre autour de la taille. Il secoua une fois de plus ses cheveux, voyant enfin à peu près clair. L'alcool qui lui embrumait le cerveau l'aidait à tenir debout. Une fois dep lus l'hésitation le gagna, puis il retira le bras sous l'épaule et retira une manche de sa veste, il la saisit à la taille, lâcha l'autre bras et retira la duexième manche, il en couvrit la jeune femme maintenant le tissu de sa prise qu'il avait adopté quelques minuets plsu tôt, il la serra contre lui sentant le corps contre lui, cette forme humaine pressée contre lui, froide comme... Froide comme le coprs de sa mère! Jegan fut pris de violents spasmes, manqua de lâcher Melinda. Il parvint à se calmer haletant, tremblant de tous ses membres, il adressa un mince sourire à Erik, pour lui signifier que tout allait bien. Même si ce n'était pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erik Holz
Fondatrice
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 08/11/2008 Nombre de messages : 158
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: grand, maigre, peau de nacre, yeux et cheveux noirs.
Adjectifs du Caractère: Discret, casse-cou, libre, cynique, téméraire, éteint.

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Lun 8 Déc - 12:57

-> NEXT

(on garde le même ordre de postage ? càd : moi, Melinda, Jegan.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melinda Weil
Co-Admin
avatar

Féminin
Age : 25 Date d'inscription : 22/11/2008 Nombre de messages : 127
Fiche Récapitulative
Age: 21 ans
Adjectifs du Physique: Grande, assez fine, yeux bruns (reflets rouges), cheveux longs, rouges, peau claire
Adjectifs du Caractère: Lunatique, Renfermée, Indépendante

MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   Lun 8 Déc - 13:43

    Yep', gardons le même =]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le goût de la solitude.   

Revenir en haut Aller en bas

Le goût de la solitude.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atssay :: Le Jeu :: Les Chroniques -